La fragilité est une force

Junior est sculpteur. Fragilité, force, transparence, opacité des matières sont des métaphores de nous-mêmes, dit l'artiste. " Je montre qu'on se doit d'avoir un esprit de transparence. Nous ne sommes que vanité, nous allons partir un jour, alors pourquoi ne pas montrer ce que nous sommes. Soyons libres de dire, de créer car nous avons tous à apprendre les uns des autres, ne soyons pas égoïstes. » 

IMG_0283_edited.jpg

Junior Mvunzi

version%20test10_edited.jpg

A l'édition du concours 2018 d'Artembo, Junior remporte le troisième prix pour son œuvre intitulée «La fragilité est une force». Audacieux, il présente une installation de 120/60 cm, d'un par-brise fissuré suite au choc d'un accident de véhicule, encadré par du fer, et sur lequel repose une fleur en cuivre, le tout retenu en suspension par seulement deux fils de fer. Dans cette œuvre, pour laquelle il ne sait prédire combien de temps elle restera en un seul bloc, il confronte de manière provocatrice mais expérimentale, la fragilité et la force, entre finesse et masse des différents matériaux.

Telle est la démarche de l'artiste, savoir dans quel recoin de la matière, la fragilité et la force jouent entre elles, s'attendent, se croisent, s'oublient, s'appellent... mais également de savoir combien de temps, elles mettent avant de jouer, s'attendre, se croiser, s'oublier, s'appeler. C'est au cœur d'une autre force, celle du temps que Junior crée une sorte de balance sur laquelle il définit les lignes et les formes de son art, pour faire naître un équilibre, une chute, un envol, une disparition, une apparition, d'une surprise bonne ou mauvaise.

 

 

Renaître de ses cendres

 

La fragilité est le thème par excellence de Junior. Elle est liée à la vie, mais elle appelle aussi son contraire, la force. L'artiste sait de quoi il est question, deux antipodes qu'il connaît dès son enfance. Que peut-il y avoir de pire pour un enfant que perdre un parent ? L'artiste se souvient d'une brisure causée par l'absence d'un père partit trop tôt. Une absence qui pourtant joue un autre rôle, celui de lui ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure et sur sa capacité à créer, partie intégrante de sa propre force. A huit ans, il ressent le besoin d'assembler et il fabrique déjà ses voitures en fils de fer pour les troquer.

Aujourd'hui à 32 ans, Junior s'attarde volontairement sur ce thème car il prend conscience que cette fragilité et cette force sont en constante confrontation dans chaque élément et par la même dans chaque objet.

« Mon travail consiste à définir la fragilité. Du verre se brise. Pourtant c'est un élément très solide à la base, alors les fissures apparaissent et la fragilité s'installe. Va-t-il se décomposer et tomber ? Jusqu'à quand va t-il tenir ? Alors rentre en scène, la force, antagoniste de la faiblesse. Comment le verre peut-il encore résister à sa décomposition ? C'est ainsi que je cherche à savoir comment la force qui était au départ renaît de la faiblesse. »

 

La%20fragilit%C3%A9%20est%20une%20force_

Du statique à l'animation : à la recherche du mouvement de la sculpture

Junior ne s'arrête pas là, il veut aller et va plus loin, il pousse les limites de sa pensée et par la même de son travail de sculpteur. Alliant l'installation à la sculpture, l'artiste veut faire passer cette dernière d'un état d'immobilité à celui de mobilité dans lequel l’œuvre et les spectateurs fusionnent pour apporter, non pas une, mais une multitude de représentation de cette œuvre.

IMG_0263_edited.jpg

Des tubes de fer se croisent ici, des cordons de fer s'entremêlent par là, laissant transparaître des vides et des pleins, des absences, des rencontres qui s'approchent ou s'éloignent. C'est voir au delà de l'opacité d'une sculpture classique. L'image que nous avons d'elle se transforme, désormais elle s'anime, créant des nouveaux espaces à découvrir, des espaces en mouvement quand le spectateur joue avec elle, tourne autour d'elle. La sculpture est passée au scalpel de l'imagination, l'objectif étant de ne faire qu'un avec elle. Pour ce faire, Junior met à disposition du spectateur, une source de lumière qu'il peut déplacer à sa guise sur la sculpture, projetant ainsi une image en mouvement sur le mur, la sculpture se met soudain à bouger, à se déformer, pour finalement donner une série d'images qui permet de passer d'un plan fixe à un plan qui s'anime.

 

IMG_0187_edited.jpg

Il semblerait que cette possibilité de voir à travers l’œuvre, que cela soit par transparence du verre ou par la création d’œuvre en fils de fer, révèle un état d'esprit du sculpteur qui cherche lui-même à être le plus authentique face à ce qu'il crée, devenir visible pour montrer ce qui est caché, pour faire passer un message à travers ses œuvres. « C'est une métaphore de nous même, je montre qu'on se doit d'avoir un esprit de transparence. Nous ne sommes que vanité, nous allons partir un jour, alors pourquoi ne pas montrer ce que nous sommes. Soyons libres de dire, de créer car nous avons tous à apprendre les uns des autres, ne soyons pas égoïstes. » 

Junior est un sculpteur contemporain en devenir, qui définit déjà les grandes lignes de son parcours alliant réflexion et création. Guidé par son authenticité, à la fois sensible et audacieuse, il donne vie à ses sculptures dans leur fragilité et dans leur force. Comme au cours d'une vie, des changements physiques s'opèrent ; comme au gré des rencontres, ses créations métalliques sont influencées par le spectateur, sous un jeu de lumières que ce dernier a en main, afin que ces compositions deviennent, et se renouvellent constamment dans le temps. C'est un assemblage complet entre les œuvres, le spectateur et lui-même que Junior nous propose car il aime réunir. Lors d'un entretien, il dit : « L'assemblage est la mère de toute composition. Cette expérience colle à moi-même, si une de mes compositions tombe, je tombe avec [rire] !...  »

Mabele ya Mboka Kongo, dernière oeuvre de Junior 

Mabele ya Mboka Kongo est une des dernières oeuvres de Junior. Elle est une oeuvre engagée. On y retrouve toute la réflexion de l'artiste, fidèle aux valeurs d’un pays qui doit émerger au delà des limites. À travers cette oeuvre, le sculpteur délivre un message fort. Il faut y voir également un hommage sage aux ancêtres gardiens des terres sacrées. 

 

Retrouvez l’article « Mabele ya Mboka Kongo ou l’appel de la terre » dans la rubrique Focus on…

juno mikishi stad.jpg

Entretien avec Junior Mvunzi 

Texte - Laetitia Bouzouita
Photos - Nizar Saleh / Laetitia Bouzouita

  • Blanc Icône Instagram